Imprimer
Catégorie : Découvertes
Affichages : 1414

On adore, alors on partage avec vous ce dernier titre de Grégory Dillon... Un goût de Erasure, A-Ha, Alphaville, tout ça dans "Sad Magic". Vous comprenez que ce single nous semble plus "Magic" que "Sad". 

 

GregoryDillon SadMagicArtwork

 

Bien que son nom soit encore méconnu en France, GREGORY DILLON affole déjà les radars outre Atlantique.

Soutenu par MTV, Billboard, Paper Magazine, Bedford & Bowery, Gaytomes, V Magazine ou encore 1883 Magazine qui qualifie le chanteur d'« artiste qu’il faut absolument sur votre radar », l’ascension de ce personnage singulier sous fond de pop teintée 80 est absolument fulgurante.

Son premier EP, « Sad Magic », se veut porteur d’espoir sur des sons rappelant ceux des années 80, GREGORY DILLON chantant au fil des notes pop euphoriques, une série d’histoires personnelles.

Porté par les singles « Plastique Ferrari » ou encore « Lovely » ayant bénéficié de belles mises en avant sur Spotify ou encore Apple Music, le premier EP de GREGORY DILLON tombe à point nommé comme une bouffée d’air frais et une parenthèse nécessaire dans une période particulière et un climat mondial anxiogène.

GREGORY DILLON croit fermement au pouvoir de la musique pop pour réchauffer les coeurs. Cette idée a mûri en lui dans la banlieue de la Nouvelle Angleterre où il a grandi, parcourant la ville sur sa trottinette électrique Razor verte et en exécutant des chorégraphies de danse au ruban avec sa soeur sur un trampoline. À l’âge adulte, il déménage à New York et compose ses premières musiques pop, rapprochant ainsi le sentiment euphorique des jeux d’enfants innocents au Brooklyn industriel. Son premier EP « Sad Magic » montre Grégory désireux de réexplorer le paysage complexe qui a façonné et attristé ses années solitaires d'adolescence. Loin d’être un EP morose, ce dernier se veut porteur d’espoir sur des sons rappelant ceux des années 80, GREGORY DILLON chantant au fil des notes pop euphorique une série d’histoires personnelles. Porté par les singles « Plastic Ferrari » ou encore « Lovely » ayant bénéficié de belles mises en avant sur Spotify ou encore Apple Music, le premier EP de GREGORY DILLON tombe à point nommé comme une bouffée d’air frais et une parenthèse nécessaire dans une période particulière et un climat mondial anxiogène.

 

  

 

{jcomments on}