Imprimer
Catégorie : Découvertes
Affichages : 584

Nous sommes ravis de partager avec vous ce bel hommage à Paris... John Hickman vient tout juste de sortir "Paris is Burning", un titre classic rock où la musique se mêle à un texte plein d'histoire...

 

 

De nombreuses références historiques et littéraires sont utilisées dans les paroles de cette chanson. Tout d'abord, l'idée pour le titre vient du roman historique, qui a ensuite été transformé en un film, intitulé "Paris brûle-t-il ?", le récit du drame qui eut lieu vers la fin de la Seconde Guerre mondiale pendant l'occupation nazie de la France ; à l'époque le général nazi Dietrich VonCholtitz reçut l'ordre d'Adolf Hitler de brûler Paris avant que la ville ne soit libérée par les forces alliées qui s'approchaient. On croyait qu'Hitler avait personnellement téléphoné à Von Holtz pour demander : "Paris brûle-t-il ?" Mais VonCholtitz ne pouvait pas se résoudre à exécuter l'ordre. Il ne voulait pas être connu comme l'homme qui aurait détruit Paris, et il a effectivement livré la ville à la Résistance française des mois avant la fin de la guerre. Les paroles, "A beauty that no one could destroy", font référence à sa réticence à mettre en feu à une ville aussi belle que Paris. Bien sûr, il s'est probablement rendu compte que la guerre allait bientôt être perdue par les Allemands, et épargner la ville lui accorderait une certaine indulgence dans son traitement par les Alliés après la guerre.

 

 

Les références littéraires dans la chanson incluent des variations de paroles bien connues adaptées de la chanson de Cole Porter "I Love Paris" - "A city that sizzles, even when it drizzles" (Une ville qui grésille, même quand elle dribble). "A moveable feast for the eyes" (Un régal mobile pour les yeux) se réfère à la description de l'écrivain Ernest Hemingway de Paris comme un festin mobile. Paris a également été appelée la «ville de la lumière», et on pense que ce terme provient d''un vaste centre d'éducation et d'idées au cours du siècle des Lumières à savoir au 18ème siècle. Cependant, c'était aussi la première ville d'Europe à éclairer un grand boulevard, puisque des lampes à gaz ont été placées le long des Champs-Elysées en 1828.

Des références littéraires plus contemporaines dans la chanson mentionnent quelques paroles de chansons du groupe The Doors, en hommage à son défunt chanteur Jim Morrison, enterré dans le célèbre cimetière du Père-Lachaise à Paris: "Dancing on fire... Taking you higher" (A danser sur le feu ... ça emmène plus haut).

 

www.johnhickmanmusic.com